SAM : I’m coming, I’m coming ! (un temps) Merci pour la lettre et le chèque. Je suis enfin en France en tant que, tenez-vous bien, interprète-magasinier à l’hôpital de la Croix-Rouge irlandaise en Normandie. On installe un hôpital à Saint-Lô. C’est le seul moyen pour moi de retourner en France, en étant sûr que je pourrai conserver mon appartement. Il est impossible de faire sortir des livres sterling d’Irlande vers la France pour d’autres raisons que strictement commerciales. Étant à nouveau esclave, je ne fais aucun plan.

ARTHUR : Sam !

SAM : Yes ! (un temps) Et le plus drôle, c’est qu’avec Arthur nous partageons tout, y compris le même lit. Affectueusement Sam.

Sam souffle la bougie, se lève et range la chaise. Il est nu, se dirige vers le fond et disparaît.

-:-:-:-:-:-

Septembre 1945. 25 baraquements préfabriqués de conception américaine garnissent les flancs de Saint-Lô, la capitale des ruines, c’est l’hôpital éphémère de la Croix-Rouge irlandaise. Doté d’un équipement dernier cri, c’est l’unique rempart contre la profusion des épidémies et le seul réconfort d’une population meurtrie. Dans cet univers de désolation, une équipe de 15 volontaires irlandais, se donnent corps et âmes pour redonner vie à cette cité rayée de la carte pour les besoins de la Libération. Parmi ces volontaires il y a un homme ordinaire, un de ces héros anonyme de la résistance française, maintenant au service de la Libération. Sam est un grand type filiforme à lunettes, sombre et peu loquace, tour à tour, chauffeur, magasinier, interprète, et à ses heures perdues, écrivain. Un auteur également inconnu, qui considère que « les mots sont des trous dans le silence », cet homme c’est Samuel Beckett.

Fiche Technique